Tunisie-Portugal : nouveau palier dans le partenariat entre les deux pays

La chambre mixte tuniso-portugaise de Commerce et d’Industrie et l’Association d’Amitié Tunisie – Portugal ont officiellement été inaugurées ce lundi 2 juillet 2018 lors d’un rencontre organisée au siège de l’Union Tunisienne d’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), en présence de Samir Majoul, président de l’organisation patronale, Zied Laadhari, ministre de l’Investissement et de la Coopération Internationale, Hichem Elloumi, vice-président de l’UTICA, Luis Castro Henriques, président de l’Agence portugaise pour l’investissement et le commerce extérieur (AICEP), Donia Hedda Ellouz, présidente de la chambre mixte tuniso-portugaise de commerce et d’industrie, José Ludovice, ambassadeur du Portugal en Tunisie, et de Zied Tlemçani, président de l’Association d’Amitié Tunisie-Portugal.

Samir Majoul, président de l’UTICA.

Des potentialités à exploiter
Le président de l’UTICA, Samir Majoul, considère que ces deux « nouveaux-nés »constituent deux nouveaux acteurs importants dans les relationss tuniso-portugaise. Ils permettront de stimuler les échanges commerciaux et culturels entre les deux pays. « Nous allons veiller à ce que nos deux pays soient attractifs pour les investisseurs. Nous restons ouverts à toutes les critiques et à toutes les propositions. Les entreprises tunisiennes et portugaises doivent aller de l’avant, nous devons donc les soutenir afin d’exploiter les potentialités des marchés tunisien et portugais », a-t-il déclaré.
José Ludovice, ambassadeur du Portugal en Tunisie, affirme qu’il s’agit d’un rêve qui devient réalité. La Chambre et l’Association, poursuit-il, sont le fruit d’un travail d’équipe soutenu par les autorités tunisiennes. « Les relations bilatérales entre les deux pays doivent être encadrées. Il existe un potentiel énorme. La Chambre et l’Association permettront de mieux connaître le tissu commercial et industriel de la Tunisie et du Portugal », a-t-il noté.

Le Portugal, 5ème investisseur étranger en Tunisie
Dans une déclaration à Réalités Online, Zied Laadhari, ministre de l’Investissement et de la Coopération Internationale, a indiqué que les échanges commerciaux entre la Tunisie et le Portugal ont augmenté de 15% durant les 5 premiers mois de 2018 par rapport à la même période un an plus tôt, pour un volume d’exportation se chiffrant à 302 MDT, contre 262 MDT durant la même période en 2017.
La Tunisie abrite 46 entreprises portugaises qui emploient, selon le ministre, 3000 personnes. « Le Portugal est notre 5ème investisseur étranger », a-t-il noté.
Malgré les critiques de certains entrepreneurs, le climat des affaires en Tunisie est favorable selon Zied Laadhari, même s’il y a encore du pain sur la planche. « Nous avons engagé plusieurs réformes et nous continuerons sur cette voie, à l’instar du décret 417 qui retrace la liste exclusive des activités économiques qui sont soumises à des autorisations. Nous avons également instauré un ensemble de règles permettant aux investisseurs de profiter d’une meilleure réactivité de la part de l’administration », a-t-il expliqué.
Zied Laadhari considère, par ailleurs, que le modèle portugais constitue un exemple à suivre pour la Tunisie, que ce soit sur le plan économique ou démocratique. « Il n’y a pas de fatalité. Nous devons être capables d’inverser le cours des choses grâce à une volonté et à une vision. Nous vivons dans un contexte difficile, mais il est nécessaire de pouvoir le gérer en mettant de côté le fatalisme et le pessimisme. Les réformes doivent être engagées par tout le monde, il ne s’agit pas uniquement de l’affaire du gouvernement : les partenaires doivent eux aussi apporter leur contribution », a encore souligné le ministre.

Luis Castro, président de l’AICEP.

Mieux faire connaître les deux pays
De son côté, Luis Castro Henriques, président de l’AICEP, nous a expliqué que le rôle de l’agence portugaise est de devenir un véritable lieu de rencontre et de contact pour les investisseurs tunisiens et portugais. « Le véritable problème réside dans le nombre réduit des entrepreneurs. Il existe un déficit de notoriété et nous travaillons dessus », a-t-il déclaré.
L’AICEP, poursuit Luis Castro Henriques, dispose des informations nécessaires sur les deux marchés. Elle pourra donc les fournir à la Chambre mixte et l’Association récemment inaugurées, notamment en ce qui concerne le climat des affaires.

Donia Hedda Ellouze, présidente de la Chambre mixte tuniso-portugaise du commerce et d’industrie

Accompagner les tunisiens pour investir au Portugal
Par ailleurs, Donia Hedda Ellouze, présidente de la Chambre mixte tuniso-portugaise du commerce et d’industrie a rappelé que son rôle est de faire connaître la Tunisie au Portugal. « Il existe un réel problème de communication », nous a-t-elle confié, soulignant que très peu de portugais connaissent la Tunisie que ce soit au niveau des affaires ou du tourisme.
Dans ce même contexte, la présidente de la Chambre considère qu’un climat des affaires n’est jamais parfait. « C’est à nous de l’améliorer. Nous devons faire connaître notre pays et aider les investisseurs », a-t-elle dit. Elle a aussi appelé à agir au niveau de l’administration et, surtout, aider les tunisiens souhaitant investir à l’étranger. Ces derniers sont, en effet, confrontés à la problématique de la réglementation des changes, selon Donia Hedda Ellouz.

Zied Tlemçani, l’Association des Amis Tunisie-Portugal

Rapprocher les investisseurs tunisiens et portugais
Également présent lors de l’inauguration de la Chambre mixte et de l’Association des Amis Tunisie-Portugal, Zied Tlemçani, président de cette dernière, nous a indiqué que sont rôle consiste à faire connaître le climat des affaires de la Tunisie. « Notre tâche est de convaincre les tunisiens d’investir au Portugal. Ce pays a réalisé l’une des meilleures croissances dans la zone Euro, donc les opportunités sont là », a-t-il noté.
Zied Tlemçani a souligné, par ailleurs, que le travail de l’association qu’il préside a pour objectif de rapprocher les investisseurs afin d’augmenter le volume des échanges commerciaux. L’objectif est également de faire la promotion du tourisme tunisien, de l’agriculture et des autres secteurs clés de l’économie tunisienne.

    No Comment.